Les Travaux de Louis Rota

1. Un autre type de courant tellurique ?

(a) Courant électrique induit par une bobine tournante
(b) Rota detector

Extrait des brevets français et anglais (GB129059,FR536324) «  Perfectionnements apportés aux moyens pour signaler la présence de mines explosives.... »

Il existe certains courants telluriques qui produisent, dans la terre, des tourbillons magnétiques. La présence de l'intensité de ces courants se révèle lorsqu'un choc se produit entre eux et un corps magnétique ou para-magnétique, quel que soit ce dernier. Grâce à ce fait, il est possible de découvrir la présence d'une mine, d'un sous-marin, d'un navire ou autre corps magnétique ou para-magnétique...

Un bon point de départ est le courant tellurique ordinaire connu de la physique. Même aujourd'hui beaucoup de leurs caractéristiques sont mal comprises. On pense que les courants telluriques sont provoqués par le déplacement de grandes quantités d'eau salée qui se produisent dans des courants océaniques se déplaçant à travers le champ géomagnétique terrestre. Une autre source serait les orages solaires qui provoquent les fluctuations dans le champ magnétique terrestre et qui induisent à leur tour les courants électriques qui circulent à la surface de la terre. Lord Kelvin, il y a 90 ans, suggéra que la rotation de la terre dans son champ magnétique non-uniforme était une source possible des courants telluriques. Selon ses notes, Rota pensait initialement que les courants telluriques provenaient de l'intérieur de la terre. Les champs magnétiques que ces courants telluriques se combinent avec le champ magnétique nord-sud en produisant un champ complexe.

Il existe une autre possibilité : le champ magnétique de la terre est-il fixe dans l'espace ou tourne-t-il avec la terre ? Il n'est pas possible de le dire en plantant simplement deux tiges de métal à une certaine distance l'une de l'autre et en mesurant leur différence de potentiel avec un voltmètre, car une même tension serait induite dans les fils du voltmètre et l'appareil ne mesurerait aucune tension. Ceci est équivalent à considérer la terre comme générateur homo-polaire avec la terre tournant dans son propre champ magnétique. Considérant l'irrégularité du champ magnétique terrestre, il circulerait un champ composite de courants telluriques liés d'une manière complexe au champ magnétique solaire. Nous sommes alors devant une énigme: pourquoi Rota utilisait-il un solénoïde en rotation axiale au lieu d'une simple bobine pivotante qui est en fait un magnétomètre efficace?

Conventionnellement, la rotation d'un solénoïde ne produira un courant de sortie que si le flux magnétique traversé change (fig. a). Tourner axialement ne produirait aucun courant (fig. b). Rota connaissait bien les lois de l'induction électromagnétique, on suppose donc qu'il a découvert que le solénoïde fonctionnait par accident, et non par une application de principes électromagnétiques connus.

2. La démarche de Louis rota

Fig. 10 Un des premiers appareils de Rota, Cet objet octogonal  est constitué de deux cadres concentriques en bois revêtu de tôle de fer.
Fig 11 Boussole de Rota. Le haut à droite a une aiguille aimantée ordinaire pivotée au centre. A noter les marquages N,E,S,W sur la plaque ainsi que les 8 petits blocs multi-métalliques verticaux (un manquant).
Vue de dessous de la boussole. On peut voir des plaques de différents métaux tels que le plomb, le cuivre, le x, le x, le zinc, etc., disposées par ensembles de cinq. A noter également le télescope.

Rota disait aussi:

"Ayant consacré de longues années à l'étude des courants cosmiques j'ai été amené, petit à petit, à vérifier que ces courants n'ont rien de commun avec les courants du champ magnétique terrestre mais ont une existence propre".

Le courant universel opère dans les organismes vivants et c'est un autre facteur qui sort le courant universel de l'ordinaire: lorsque la vie cesse les courants dans un cadavre sont sans réaction sur l'appareil de test construit avec des métaux synchronisé. En ce sens, la synchronisation est le processus qui donne vie au métal, car un métal synchronisé agit sur l'appareil de test de la même manière que la réponse d'un organisme vivant.

Rota déclara que l'électricité est formée de cinq courants. La composante électrique est constituée de deux courants et la composante magnétique de trois. Le courant électrique ne réagit pas avec l'appareil de test, il  est donc mort:  le courant électrique est une dégradation des courants universels. Rota disait aussi qu'ils sont d'origine cosmique, mais on se demande s'il parle de l'origine ultime au sens où tous les métaux sont composés de courants universels d'origine cosmique ou s'il dit que l'acte de faire du courant électrique attire ces cinq forces cosmiques de l'espace.

Si les courants universels composants proviennent des métaux comme dans une simple batterie à deux métaux et électrolyte, alors le courant électrique serait différent selon les métaux qui l'ont produit. Les instruments physiques ne détectent que la pression (volts) et le courant (ampères) ou la quantité de charge électrique (coulombs) et sont aveugles à tout contenu ou variable caché.

En physique conventionnelle, le champ électromagnétique provient de charges électriques mobiles et statiques. Parce que les expériences de Rota étaient géophysiques et concernaient des anomalies magnétiques, il vaut la peine de donner une idée de la vision orthodoxe actuelle du champ magnétique terrestre.

Le champ magnétique terrestre est la somme de plusieurs contributions, notamment le champ principal (noyau), le champ crustal (anomalie) et les champs de source externe (magnétosphère). La contribution du noyau domine le champ depuis la surface de la Terre jusqu'à environ quatre rayons terrestres.

Au-delà de quatre rayons terrestres, le champ magnétique terrestre est de plus en plus affecté par l'interaction du vent solaire avec la magnétosphère terrestre. Les distorsions peuvent être décrites par plusieurs champs sources externes causés par les systèmes de courant magnétosphériques. On peut identifier trois principaux systèmes de courant dans la magnétosphère externe non perturbée :

  1. un système de courant sur la frontière magnétosphérique (magnétopause).
  2. un système de courant dans la feuille neutre de la queue géomagnétique (la surface qui sépare deux lobes de la queue) .
  3. un système de courant autour de la Terre (courant annulaire) circulant dans la surface équatoriale (minimum B).

Pendant les orages et sous-orages géomagnétiques, des changements substantiels se produisent dans ces systèmes, en plus de l'apparition de courants alignés sur le champ sortant et entrant dans l'ionosphère.

Il est raisonnablement clair qu'au moins certaines des perturbations mentionnées par Rota sont observées aujourd'hui dans les observations géophysiques, en particulier les signaux à très basse fréquence (ELF), mais l'essentiel de ses découvertes concernant le courant universel ne s'intègre pas bien dans les observations géophysiques actuelles. . A mon avis, l'origine du courant universel ne se trouve pas dans le champ magnétique B qui affecte une boussole mais dans une autre forme de magnétisme. Une de ces possibilités est le potentiel vecteur magnétique qui est indétectable par les méthodes électromagnétiques habituelles. Jusqu'à tout récemment, le potentiel vecteur magnétique était considéré comme une fiction mathématique, utile pour le calcul mais n'ayant aucune réalité physique. L'expérience Aharonov-Bohm a montré que le potentiel vecteur magnétique est réel. Néanmoins, un potentiel vectoriel magnétique nécessite un courant électrique ou des charges électriques en rotation comme source. Les courants électriques qui parcourent la terre sont les courants telluriques induits par l'activité solaire ou les courants internes à la croûte terrestre. Une autre possibilité dépend si le champ magnétique terrestre ordinaire est fixe dans l'espace ou tourne avec la terre, s'il est fixe la terre tourne dans son propre champ magnétique induisant des potentiels électriques (effet générateur homopolaire Faraday) et donc des courants électriques dans la croûte terrestre. Nous n'avons pas pu mesurer ce potentiel car les instruments de mesure ont également des potentiels identiques induits en eux car ils sont fixés sur la terre. De tels courants emprunteraient une grande variété de chemins en raison de la résistance au sol différente et également de l'intensité magnétique différente à divers endroits, etc., qui fluctueraient quotidiennement au fur et à mesure que la terre tourne dans son champ fixe. Bien que nous ne puissions pas détecter les potentiels qui causent les potentiels, nous pouvions détecter les effets magnétiques des courants causés par ces potentiels. Cela correspond bien à l'hypothèse de Rota telle qu'énoncée dans ses brevets.

“Il existe certains courants telluriques qui produisent dans la terre des tourbillons magnétiques. L'intensité de ces courants se révèle lorsqu'ils rencontrent un objet paramagnétique”.

Pour cette raison, il me semble probable que ce fut le chemin emprunté par Rota dans ses premières expériences il y a 90 ans.

Un courant électrique ordinaire tel que produit par une dynamo commune ne synchronisera pas un métal donc, si nous adoptons cette hypothèse, il doit y avoir quelque chose de spécial dans le champ magnétique terrestre et les courants électriques qu'il induit. Pour s'accorder avec les découvertes de Rota, il y a une variable supplémentaire présente dans les courants de terre qui peut "réveiller l'énergie latente du métal" qui est ce qu'est la synchronisation.

Une autre idée intéressante est que le courant universel est un courant de charge magnétique neutre. Les charges magnétiques (monopôles magnétiques) ont été recherchées par les physiciens des particules mais n'ont jamais été trouvées. Le grand physicien Paul Dirac a découvert que son existence était suffisante pour provoquer la quantification de la charge électrique. Les physiciens des particules pensent que s'ils existaient, ils n'apparaîtraient que dans des expériences à très haute énergie et ne seraient pas libres dans la nature. S'ils existent librement dans la nature, pourquoi ne sont-ils pas facilement détectables. Une raison à cela pourrait être que les charges magnétiques existent sous forme de paires ou de groupes magnétiquement neutres de charges de pôle N et S égales formant un courant magnétique neutre.

Il y a des indications de l'expérience que quelque chose de similaire a été détecté d'abord par Ehrenhaft et récemment par Mikhailov lorsque de très fines particules de poussière sont éclairées par une source de lumière vive. La lumière est nécessaire pour donner les charges magnétiques unipolaires qui se forment par paires. Mikhailov semble penser que cela ne se produit qu'avec des particules de fer alors qu'Ehrenhaft a également trouvé le même effet avec des particules de cuivre. Ce qui est intéressant, c'est que la lumière semble avoir pour effet de révéler une sorte de charge magnétique qui, d'ordinaire, n'est pas détectable. La matière est extérieurement électromagnétique (les composants nucléaires n'apparaissent que dans des conditions plus extrêmes) et le magnétisme autour des aimants et des bobines de fil transportant un courant électrique est causé par une charge électrique en rotation ou une charge électrique en mouvement.

À cet égard, le courant universel est analogue à un morceau de fer doux dans lequel les domaines magnétiques sont orientés de manière aléatoire et n'a donc pas de moment magnétique externe, mais s'il est placé dans un alignement de domaine de champ magnétique externe, le fer se transforme temporairement en un aimant. Les figures 10 et 11 suggèrent certainement que quelque chose de similaire se produit avec le courant universel, on pourrait s'attendre à ce que, comme le fer, le courant universel soit magnétisable, bien qu'il n'ait pas de moment magnétique propre. Le champ magnétique N-S de la terre alignerait les composantes du courant universel mais il ne serait pas possible de séparer les effets dus au champ magnétique terrestre des effets supplémentaires causés par le courant universel. Ce n'est que lorsque Rota a découvert que le courant universel a différentes composantes qu'il a été possible de séparer ces composantes des effets du champ magnétique terrestre.

 

3. Bruit de fond dans les métaux

Shema de l'experience

LGV Rota affirmait que les perturbations atmosphériques ou le bruit de fond des postes radio sont dus aux métaux du poste et des antennes répondant « aux courants universels ». Avec un magnétophone j'ai comparé les effets des signaux électromagnétiques atmosphériques sur plusieurs métaux. Ces signaux ne sont-ils qu’un phénomène aléatoire ou la preuve d’une autre propriété du métal ?

  1. Certains sols ne produisent rien sauf un bourdonnement de 50 Hz.
  2. Pour travailler sans enregistreur à cassette, une sonde métallique ou un bloc métallique connecté en série avec la sonde doit être activé. J'ignore comment effectuer cette activation. Rota avait une méthode qu'il gardait secrète. Son bloc portable avec les chiffres romains inscrits servait d'amplificateur.
  3. Les indicateurs actuels dans le carnet de notes de Louis Rota tels que +9 IV 46 V+ etc. indiquent des réactions sur le bloc potable. Le IV est le numéro de la fiche sur la boîte de bloc. 9 est probablement le nombre de réactions entendues dans le casque.
    Les courants pulsent de manière rythmique.
  4. Louis Rota a-t-il utilisé des amplificateurs électroniques ? Probablement pas.
  5. Les images de l'oscilloscope ci-dessus sont tirées des enregistrements de la cassette. Il y a un bruit de fond de 50 Hz qui nécessite un filtrage. C'est sans doute pour cette raison que Rota déménagea de Rouen à Génissieux

4. Neon detector

  • R1 is 1 Megohm
  • R2 is 100 Kohm
  • R3 is 100 ohms
  • CX1 is 0.02 microfarad

Voici quelques expériences simples qui montrent les éléments de base des brevets de Rota à l'aide d'un simple appareil électronique. J'appelle cela le détecteur de néon.

Ce circuit révèle les champs qui entourent les objets lourds en mouvement. Il a été découvert il y a plus de 65 ans par T.B Franklin et J.C. Maby. Ils ont découvert qu'ils pouvaient détecter des avions et des trains à plusieurs kilomètres de distance. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il a été étudié par le gouvernement britannique en tant que détecteur d'avion, mais lorsque le radar a été développé, il a été abandonné.

Il fonctionne comme un compteur Geiger.

Ajustez R2 au maximum d'ohms et tournez progressivement R1 à partir de zéro jusqu'à ce que le néon commence à s'allumer comme on l'entend dans les téléphones sous la forme d'un cliquetis. Réduisez R2 jusqu'à ce que le clic devienne irrégulier et ajustez R1 jusqu'à ce que le taux de clic soit d'environ 1 par seconde. Réduisez R2 juste au-dessus de l'endroit où les clics commencent à apparaître en groupes. Si aucun clic ne se produit, inversez la polarité du néon.

Certains 85A2 sont meilleurs que d'autres pour ce détecteur.

Allez dans une zone inhabitée aussi loin que possible des habitations humaines. Montez le détecteur sur un trépied et faites rouler une voiture avec le moteur éteint sur une pente douce vers le détecteur. Vous remarquerez des rafales de clics à des distances fixes de la voiture et des endroits où le taux de clics est réduit entre. La voiture en mouvement apparaît comme si elle était entourée de zones à des distances fixes de celle-ci. Cela peut être facilement informatisé.

Il semble qu'il existe un champ ambiant qui est perturbé par des objets lourds en mouvement et l'effet est comme si l'objet était entouré d'ondulations sphériques de plusieurs mètres de longueur d'onde. Avant la Seconde Guerre mondiale, J.C. Maby a découvert que les avions pouvaient être détectés à une grande distance et les trains à 12 km. N'oubliez pas qu'il y avait beaucoup moins de circulation automobile et d'avions à cette époque, il était donc plus facile de voir clairement ces effets qu'aujourd'hui.

Il semble qu'il existe un champ ambiant perturbé par des objets lourds, notamment des objets paramagnétiques tels que des voitures. C'est essentiellement ce que Rota disait détecter et ce que le néon détecte.

De nombreux effets inconnus sont détectés avec cet appareil. Par exemple, une tige d'acier verticale a quatre faisceaux en forme d'éventail rayonnant dans la direction N,E,S,W.

5. Ground-radio

De plus, diverses personnes ont fait des expériences avec des antennes radio mises à la terre.

En théorie ceux-ci ne devraient pas fonctionner aux fréquences reçues/émises mais ils le font sauf que la réception/émission montre une étrange variabilité. Il existe un certain nombre de sites Internet consacrés à la radio au sol.

Rota a semblé commencer par transmettre un signal radio à travers le sol à l'aide d'une bobine d'induction et vraisemblablement d'un système à éclateur tel qu'utilisé dans les premières radios de Marconi. Je suppose qu'il a dû remarquer que les signaux envoyés à travers le sol par des sondes métalliques mises à la terre rayonnaient différemment dans différentes directions. D'après ses notes, il semble qu'il ait beaucoup travaillé sur le détecteur de navire dont le brevet est illustré ci-dessus.

On suppose que les effets directionnels de la transmission par l'eau ont persisté. De plus, les directions se sont avérées dépendantes du métal.

En déplaçant le détecteur autour de l'émetteur à une certaine distance, on constatera que les signaux transmettent mieux dans certaines directions que dans d'autres.

Vers 1919, Rogers et Jones détenaient des brevets sur les communications radio au sol. Voici quelques-uns des diagrammes de ces brevets. Ils sont très proches des expériences que faisait Rota. Rota a évidemment trouvé que mettre un bloc de métal dans le circuit de transmission améliorait lentement la transmission dans une direction donnée et c'était ce qu'il appelait la synchronisation. Il semblerait probable que les très hautes tensions utilisées dans la transmission des étincelles aient contribué à l'amélioration du rayonnement du métal en raison de quelque chose de proche de la diffusion ionique du métal.

A.R Heaver qui a publié les articles "Layman" sur Rota cité ci-dessus dans son intégralité a déclaré que Slade (Layman) avait mentionné que Rota avait déclaré que les gisements de minerais métalliques "poussaient" dans le sol à partir des courants de courant universels. Les mines, où un minerai métallique était extrait, avaient généralement le courant universel associé au métal du minerai à proximité. Cette idée suggère une sorte de courant ionique qui, au cours du temps géologique, dépose un métal.

Une autre chose, qui pointe dans la direction d'une sorte de flux ionique, est vue dans le travail médical que Rota a fait avec le Dr Kresser. La détection des courants universels chez un être humain se fait par action sur une éprouvette métallique, toutes les fonctions vitales sont de nature ionique, voici donc un parallèle entre l'état ionique et le courant universel.

6. Ecouter "l'effet Rota"

img 1
img. 2
img. 3


J'ai effectué l'expérience suivante en 1960.

Lorsque j'ai commencé à écouter les courants de Rota sur le bloc déterré de son site de laboratoire en 1959, je n'ai rien entendu avec des écouteurs ou avec tout autre moyen. Quelqu'un a fait remarquer que lorsque Rota faisait un diagnostic médical ( voir Applications médicales), il carressait des tiges de métal tenues dans la main du patient.

J'ai essayé une chose similaire en utilisant des disques métalliques comme indiqué ci-dessous. J'ai entendu plusieurs variations d'intensité de clic lorsque l'un des contacts du téléphone a été touché par le métal, mais j'ai rapidement découvert que cela était dû à un échantillonnage de 50 Hz sur le secteur du câblage de la maison. Faire la même chose dans une région éloignée a montré une variation, surtout si une antenne courte était utilisée. Il a été constaté que le clic était dû à la forte inductance des écouteurs à haute impédance stockant un courant d'entrée minute et libérant l'énergie stockée sous forme de clic inductif dès que le contact était rompu. Les variations trouvées étaient dues à des signaux ultra basse fréquence de l'ordre de 0,01 Hz ou moins. Notez que Rota utilisait un chronomètre, comme on le voit sur la photo sur la page principale de ce site, donc les variations qu'il entendait devaient avoir un temps de cycle long.

Cette expérience doit être réalisée avec deux ensembles de plaques métalliques isolées profondément enterrées et séparées de quelques mètres. Encore une fois, il a besoin d'un site éloigné du câblage secteur 50/60Hz pour être efficace. Le grand avantage de cette méthode est qu'elle est totalement passive, sans électronique pour donner des courants de fuite parasites.

Il vaut la peine de répéter ce qui est mentionné ailleurs sur ce site[1] :-

Les équations de Maxwell conduisent à la prédiction d'ondes électromagnétiques dans le vide, qui sont transverses (en ce sens que les champs électriques et magnétiques varient perpendiculairement à la direction de propagation) Or, dans un plasma ou un espace confiné, il peut exister des ondes qui sont soit longitudinale ou transversale, ou un mélange des deux. Le courant universel Rota' se propage dans un milieu conducteur tel que l'eau salée et la terre qui à ces fins est un plasma.

Pour cette raison, le courant universel est très probablement une onde longitudinale largement magnétique qui ne peut exister que dans l'eau ou la terre. Cela expliquerait également comment les "Moyens de détection des mines explosives" brevetés par Rota (brevets L.G.V.Rota) dans lesquels le champ produit par un corps paramagnétique entrant dans le champ d'un courant tellurique produit un choc ou une turbulence détectable par son appareil. Il semblerait raisonnable de supposer qu'un navire interagissant avec le champ de courant tellurique principalement magnétique à très basse fréquence aurait des courants de circulation induits dans sa coque et ceux-ci seraient détectables à distance avec une aiguille de boussole.

Un "effet Rota" ?

Rota n'utilisait aucun équipement électronique, seulement un chronomètre et des écouteurs de haute impédance reliés à la terre ou/et à un réseau d'antennes.

Ce que nous appelons l'effet de Rota n'est ni le bruit de fond bien connu, ni les clics habituels produits en connectant / déconnectant l'écouteur à une antenne : c'est le fait que sous certaines conditions, des clics se produisent quand ils ne devraient pas.

Description de l’expérience

  • Image 1
    • Un ensemble d'écouteurs
    • deux disques en fer doux
    • Un disque en plastique ou en papier Bristol
    • Quelques centimètres de fil électrique
  • Image 2
    • Un fil est soudé sur un disque.
    • Les trois disques sont ensuite empilés ensemble comme un condensateur
  • Image 3
    • Piquer rapidement le disque supérieur avec le fil libre tout en écoutant attentivement au casque.

Les observations

Il est parfois possible d'entendre un petit "clic" dans le casque lorsque le fil touche le disque. Parfois il y a de "bonnes" séries (3 à 4 clics sur 10 coups), parfois rien ne se passe pendant dix coups.

Les clics apparaissent de manière variable :

  • Au moment du contact
  • Immédiatement après la rupture de contact
  • Une demi-seconde après la rupture de contact.
  • Certains jours, ça ne marche tout simplement pas.

Ces clics sont-ils purement aléatoires et tous explicables par les lois électromagnétiques ? Apparemment non. Louis Rota a passé près de 40 ans à écouter de tels clics à travers des appareils plus sophistiqués, avec des résultats étonnants.

 

7. Commentaires

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© wikirota.org 2022